vineri, 18 mai 2018

Energofagia



MENU


ACCUEIL  ›  ACTUALITÉS  ›  BÂTIMENT



Ceux qui critiquent les radiateurs « grille pain » ont raison!



Par Olivier le 22/10/2012 | MAJ le 27/09/2017



Mise à jour d’un article du 22/10/2012. Dans le cadre d’une interview menée par Equilibre des Energies, le directeur général du groupe ATLANTIC nous confie son opinion sur les diverses critiques à l’encontre du chauffage électrique. Selon Thierry de Roquemaurel, ces réserves ne sont plus d’actualités, du fait des diverses innovations proposées.

Dans une interview vidéo menée par nos soins, Thierry de Roquemaurel admet sans difficulté que les critiques envers le radiateur « grille-pain » sont justifiées et qu’il n’est plus adapté aux problématiques actuelles(environnementales et énergétiques). En effet, le « grille-pain » (radiateur fixe à convecteurs électriques) est structurellement très énergivore, il chauffe très fort rapidement avant de se couper, en plus, la régulation est manuelle et peu précise.

Néanmoins, il faut rappeler que cette solution de chauffage date de plus de 30 ans, elle est fruit de son époque où les préoccupations énergétiques et écologiques n’étaient pas au centre des attentions des industriels et des consommateurs. Seul le confort – relatif – comptait, et le « grille-pain » a apporté ce confort à plusieurs générations de Français. De plus, au moment de sa production, le radiateur électrique n’en était qu’à ses débuts (apparu durant les années 60), il est par conséquent logique que la technologie proposée soit aussi à ses débuts.

Des solutions intégrants des nouvelles technologies de pointe

Le directeur général d’ATLANTIC remet en cause les accusations envers le chauffage électrique moderne. Pour se faire, il pointe les nombreuses transformations, répondant ainsi aux critiques écologiques et énergétiques. Effectivement, les radiateurs sont« intelligents », c’est-à-dire qu’ils arrivent à interagir avec leur environnement afin de s’autoréguler le plus pragmatiquement possible. Par exemple, s’il identifie de la présence humaine dans une pièce, le radiateur va se mettre en marche, à contrario, s’il détecte une fenêtre ouverte, il va se mettre en veille. Par ailleurs, les chauffages étaient très précis et pouvaient se régler au dixième de degré près afin de garantir un confort optimal aux usagers.

Ce n’est pas tout, le radiateur est un « objet connecté » à part entière, il est possible de le connecter à son smartphone afin de régler manuellement la température extérieure même en n’étant pas physiquement dans son habitation. Par exemple, une famille se rendant dans sa maison secondaire peut parfaitement paramétrer que le salon soit à une température 18 degrés à son arrivée à 18h. Par ailleurs, les industriels ont développé une grande variété de gamme de radiateurs (à bain d’huile, à inertie, à accumulation, rayonnants, infrarouges, halogènes) qui répondent aux diverses contraintes des utilisateurs.

Lire aussi : Groupe Muller : la recherche fait peau neuve !

Permettant d’importants gains sur la facture énergétique

En remplaçant votre installation datée par une solution électrique moderne, vous pouvez économiser un pourcentage minimum de 20% sur la facture énergétique. Vous pouvez utiliser ce simulateur énergétique afin de voir les différents avantages que procure le radiateur électrique.

Néanmoins, il faut se remémorer que les économies d’énergies relèvent d’un travail d’ensemble sur le foyer. Il est important de bien isoler l’habitat et d’éviter l’écueil de la passoire thermique.

La question de la RT 2012

Paradoxalement, bien qu’ayant montré ses nombreuses qualités, le chauffage électrique se retrouve bridé par la RT 2012. En effet, les solutions de chauffage électrique ne sont possibles intégralement que dans l’arc méditerranéen. Si vous habitez dans le reste de la France, sachez que vous pouvez uniquement installer un radiateur électrique à inertie.

Comment expliquer cela ? Le problème résulte du fait que la méthode de calcul de la RT 2012 se fasse en termes d’énergie primaire, ce qui a pour effet, d’exclure le chauffage électrique dans une grande partie du territoire, bien que possédant de nombreux avantages. A contrario, ce calcul favorise fortement les installations au gaz, alors qu’elles dégagent massivement du CO2par rapport aux solutions électriques…

Lire aussi : Logement social et filière gaz : un mariage d’intérêt ?

Il est étonnant de constater qu’à l’heure où l’on vante les progrès de l’américain Tesla, qu’on subventionne la mobilité électrique, qu’on s’émerveille des images du Solar Impulse, qu’une solution écologique utilisant presque exclusivement de l’électricité décarbonnée, se retrouve exclue d’un grand nombre de foyers français

L’avis d’EdEn sur le chauffage électrique et la RT 2012

Equilibre des Energies rejoint les critiques formulées à propos de la RT 2012, qui défavorise clairement le chauffage électrique au détriment des solutions qui utilisent le gaz. L’association, par la voix de son Président Jean Bergougnoux, appelle à la révision du moteur de calcul de la RT 2012. En effet, la prise en compte de l’énergie primaire (variable technocratique par excellence, ne correspondant à aucune réalité pour les professionnels et les particuliers) est totalement incohérente pour mesurer la performance énergétique d’une installation et met en danger toute une filière qui fournit pourtant des technologies de qualité, respectueuses de l’environnement et du confort des usagers.

Lire aussi : Jean Bergougnoux nous éclaire sur les incohérences de la politique énergétique française à travers la RT 2012


Trimiteți un comentariu